« Perpignan : Les jeunes socialistes sur le terrain du renouveau »

Article paru dans L’Indépendant, le 2 Novembre 2012 :

Laissé à l’abandon depuis une quinzaine d’années, le MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes) des Pyrénées-Orientales renaît de ses cendres. Sous l’impulsion de la dynamique Bérangère Givanovitch, aujourd’hui animatrice fédérale, une section s’est montée pendant les primaires socialistes d’octobre 2011 et compte actuellement une vingtaine d’adhérents de 16 à 29 ans. « Il a fallu remobiliser les jeunes et créer un bureau grâce à un noyau dur de militants », explique la jeune fille qui peut compter sur l’aide d’Anthony Cortes (trésorier) et de Virgnie Rouah-Nauté (secrétaire). Une équipe soudée qui ne ménage pas ses efforts, notamment sur le terrain. « Quand on est jeune, c’est bien d’être engagé, mais c’est mieux d’être aux MJS où on évoque tous les sujets qui tiennent à coeur à la jeunesse ». Mariage pour tous, contrôles au faciès, les thèmes de discussion et d’actions ne manquent pas.

Les militants tractent régulièrement en ville ou à proximité des lycées et de la fac. « Souvent les jeunes ont une conscience politique qui ne demande qu’à être réveillée », raconte Anthony Cortes. Nouvelle venue dans l’équipe, Virginie Rouah-Nauté se félicite « de l’écoute de ceux qui viennent à notre rencontre ». « Expliquer et convaincre »
Ils multiplient également les opérations de porte à porte. « Toujours pour expliquer et convaincre ». Les militants catalans organisent également des actions visuelles pour capter l’attention des jeunes. Une échelle des salaires devrait ainsi bientôt être mise en place à Perpignan « pour faire comprendre pourquoi on se bat », reprend l’animatrice fédérale qui se félicite « du formidable espoir que l’élection de François Hollande a provoqué en Europe. Les jeunes des autres pays européens se sont tournés vers nous en nous demandant comment on y était arrivé ». Le MJS milite ainsi pour « une Europe de l’emploi, démocratique et écologique ». Une pétition circule (iriseup.eu sur internet) et les jeunes socialistes ne ménagent pas leurs efforts pour la faire signer sur le terrain. Comme pour défendre leurs idées auprès de leurs aînés qui les ont adoubés dernièrement. Toujours avec fougue et conviction. Et parfois avec difficulté, notamment lorsqu’il s’agit de débattre du non-cumul des mandats qu’ils défendent… Un problème de génération peut être…

Par Estelle Devic

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s