Réponse aux Jeunes UMP – Jeunes Pop et cumul des mandats : Conjuguer paroles et actes

Communiqué du 27 octobre 2013 :

Dans leur communiqué datant d’hier (26 octobre), les Jeunes UMP des Pyrénées-Orientales s’exprimaient sur la candidature de Jacques Cresta aux élections municipales de mars prochain.

François Lietta, leur responsable, pointait du doigt les mandats de notre candidat socialiste et ses soit disant « reniements » en matière de non cumul des mandats. Nous ne saurons que trop lui rappeler l’engagement fait par Jacques Cresta de se plier à la loi du non cumul des mandats une fois celle-ci en place.

Toutefois nous nous réjouissons de voir les Jeunes de l’UMP s’engager dans la lutte contre le non cumul des mandats, revendication historique du Mouvement des Jeunes Socialistes. Leur inscription dans l’action des parlementaires de gauche, qui a permis l’interdiction programmée du cumul des mandats dès 2017, est une belle preuve de la marche engagée par notre majorité vers une république du progrès.

Cependant nous appelons François Lietta à faire preuve de courage et d’assumer ses positions ailleurs que dans le camp adverse, mais aussi dans le sien, et de conjuguer ses paroles à ses actes en demandant des explications, et pourquoi pas les démissions, de certains de ses camarades de parti.

Dans tous les cas, étant lui même attaché parlementaire de Fernand Siré (député UMP des Pyrénées-Orientales mais aussi maire de Saint-Laurent de la Salanque mais aussi (décidément) vice-président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée), nul doute que François Lietta a beaucoup à nous apprendre sur la question du reniement et de la non crédibilité.

Communiqué – La droite du mépris et de l’abject

Suite à l’article paru dans L’Indépendant vendredi dernier, intitulé « L’UMP 66 se prépare pour 2014, Jean-François Copé pour 2017 », le Mouvement des Jeunes Socialistes des Pyrénées-Orientales se doit de réagir.

Dans cet article chacune des figures de l’UMP locale y va de son bon mot, dans la volonté de tirer son épingle du jeu que représente la venue du Président contesté et contestable du premier parti d’opposition.

Nous ne reviendrons pas sur chacun des dires. Mais relevons-en cependant quelques-uns. Par exemple ceux de Marie-Thérèse Sanchez-Schmidt, députée européenne et certainement membre de la future liste de Jean-Marc Pujol, louant l’équipe qui aurait « des solutions concrètes » pour Perpignan. Vaudrait-il mieux tard que jamais ? Rappelons que Perpignan est aux mains de la droite depuis près de 20 ans. Ou bien encore ceux de Daniel Mach craignant que Perpignan ne « tombe aux mains de ceux qui ont fait tant de mal au département ». Devons nous rappeler le prestige que la droite a apporté à la ville de Perpignan ? Celui de la quatrième place des villes les plus endettées de France.

Des propos fantaisistes et insultants envers le citoyen Perpignanais de par le déni conscient et délibéré du bilan calamiteux de l’équipe Alduy-Pujol.

Nous, Jeunes Socialistes, posons directement la question : Un tel déni de réalité ne revient-il pas à reléguer l’électeur à un simple bulletin de vote incapable de penser et de constater ? La droite du mépris, mais aussi la droite de l’abject avec les propos de Fernand Siré.

Ce dernier, dernier député UMP dans le département, prenant le parti de Jean-Marc Pujol d’une étrange et nauséabonde façon : « Il vient bien sûr de l’autre côté de la Méditerranée, mais on l’accepte celui là ».
Ces propos sont indignes d’un élu de la République. Siré joue ici le jeu de l’ignoble. Le jeu du Front National. Allant encore plus loin dans la radicalité adoptée par son parti, fracassant à coup destructeur la barrière entre droite républicaine et droite extrême de la haine.

Nous ne laisserons jamais proliférer de tels propos. Et en cette période de montée des extrêmes, nous en appelons à la responsabilité de chacun et demandons en somme à Fernand Siré de s’expliquer.

Les fins électorales, ne justifient aucunement les moyens populistes dont la droite use et Siré abuse.

Regard de militant sur la député Ségolène Neuville

Regard de militant sur la député Ségolène Neuville

Samedi 19 octobre à 10h00 nous avons eu le plaisir d’être invités aux un an de députation de Ségolène Neuville, avec comme thème principal «Nouvelles lois: Quel impact pour notre circonscription»

Ce fut un réunion très intéressante, dans laquelle nous avons pu voir les coulisses de ce beau métier, qu’est celui de parlementaire, même si parfois la lourde tâche qu’est celle de représenter le peuple demande certaines concessions.

Notre député, au nom de la délégation des droits des femmes a rapporté, seulement un mois après son élection en Juin 2012, la loi sur le harcèlement sexuel au travail, qui a ensuite été adopté par l’Assemblée Nationale et le Sénat, puis promulguée par le Président de la République (http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.docidTexte=JORFTEXT000026263463&dateTexte&categorieLien=id)

Avant de porter la voix des habitants de Pyrénées Orientales, Ségolène Neuville était médecin, elle a donc à ce titre une assez bonne connaissance du milieu médical, ce qui lui a permit de participer à l’élaboration d’une loi visant à ce que la biologie médicale ne devienne pas un commerce comme dans certains pays européen, dont l’Allemagne notamment (http://www.vie-publique.fr/actualite/panorama/texte-discussion/proposition-loi-portant-reforme-biologie-medicale.html )

Ségolène a aussi été le rapporteur de la loi sur la sécurisation de l’emploi, qui assure aux salariés à temps partiel de meilleures conditions de travail, et une meilleure prise en compte de ses temps partiels lors de leurs retraites. Il y a désormais un minimum de 24 heures de travail par semaine, et ces heures devront être regroupées. (http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027546648 )
En tant que jeunes, nous ne pouvons que nous réjouir de cette loi, qui permettra, entre autres, que les temps partiels des étudiants soient pris en compte lors de leurs retraites.

Elle a participer aux accords européens entre l’Espagne et la France sur la construction du seul hôpital transfrontalier d’Europe, en Cerdagne, qui va être ouvert sous peu, et qui fera sûrement l’objet de la visite de la Ministre des Affaires Sociales.

Mais son travail ne se limite pas qu’à de la législation, elle est aussi présente sur le terrain, pour voir concrètement au niveau de la circonscription quels sont les résultats des lois qu’elle et ses collègues votent.
Elle tient à communiquer, et à écouter toute la population, notamment en ce qui concerne les services publics comme l’hôpital en altitude de Cerdagne, la prison et l’hôpital de Perpignan etc. Elle s’est aussi déplacée à Saint Charles, qui est d’ailleurs une des 3 plus grandes plates formes de transition alimentaire au niveau européen, et la plus grande de France.

Au niveau de la jeunesse, nombre d’emplois d’avenir ont été signés dans les P.O, déjà plus de 672 jeunes ont trouvé un emploi grâce à ce dispositif. 78 entreprises au niveau départemental, et 402 entreprises au niveau régional ont quant à elles signé des contrats de génération, permettant d’embaucher un jeune tout en gardant un senior. (Notre campagne sur ce sujet: http://www.jeunes-socialistes.fr/2013/08/priorite-jeunesse-le-choix-de-la-gauche/ )

Après cette réunion, la députée a prit le temps de nous recevoir et de répondre à quelques brèves questions. Nous avons notamment abordé l’actualité.
La cantonale de Brignoles, a été présenté comme un enjeu national, alors que c’est une cantonale avec seulement 7000 votants et plus de 45% d’abstention. Cependant, nous ne pouvons le nier, le FN monte, partout, comme tous les extrémismes en période de crise, la député comprend la lassitude de certains français qui les pousse à voter pour ce parti d’extrême droite (car c’en est un, ne soyons pas dupes, le vernis de Marine Lepen n’arrivera pas à nous faire croire que ce parti a changé, il a juste de meilleurs conseillers en communication). Nous serons présents plus que jamais sur le terrain, avec le soutien de Ségolène Neuville, de tous les socialistes, toute la gauche, et de tous les républicains, pour expliquer ce qu’est vraiment le FN, et quel est leur projet désastreux pour la France (Notre campagne sur ce sujet: http://www.jeunes-socialistes.fr/combattrelefn/ )
Nous avons ensuite abordé le fait que le Conseil Constitutionnel a validé une mesure qui permettra de taxer une entreprise à hauteur de 75% lorsqu’elle paye un de ces salariés plus d’un million d’euro, ce qui est une réelle avancée. Car certaines mesures ont été prises pour les entreprises publiques, mais pas pour les entreprises privées, ce qui est compréhensible, cependant nous souhaitons que ces inégalités soient estompées, car nous trouvons profondément indécent ces écarts de salaires. (Notre campagne sur ce sujet : http://www.jeunes-socialistes.fr/2013/06/encadrons-les-salaires-la-nouvelle-campagne-des-jeunes-socialistes/ )
Nous nous rejoignons aussi sur le fait que nous sommes très fiers de la représentation nationale, qui hier a voté contre la «clause de conscience» des maires refusant de célébrer le mariage gay, la député ajoute «C’est la loi de la république, et quand on a décidé d’être maire on applique cette loi, point».
Nous avons finalement abordé la question des Roms, qui secoue toute la sphère politique et médiatique en ce moment, nous avons eu quelques légers désaccords, même si nous nous entendons sur le fond. C’est aussi ça le socialisme, avoir des avis divergents, et pouvoir les exprimer en toute liberté, enfin de faire avancer notre mouvement dans un esprit démocratique, et pour le bien de tous.

Nous remercions encore Ségolène Neuville et son attachée parlementaire, d’avoir prit le temps de nous recevoir, et de nous avoir parlé en tant que militant sans prendre en compte notre jeune âge, bravo à ces élus qui communiquent avec la jeunesse sans aucune condescendance.

Khedidja.

Congrès 2013 – Le temps du débat !

agLes jeunes socialistes des Pyrénées Orientales se sont réunis ce vendredi 6 septembre pour débattre des contributions pour notre congrès à venir. Étaient présents des représentants des sensibilités « Transformer à Gauche » et « La Fabrique du Changement », avec lesquels nous avons pu discuter des priorités à adopter : réduction du temps de travail, éco-socialisme, 6ème République …

Des contributions riches en idées. De belles campagnes en perspective !

La gauche agit pour la jeunesse !

Image

Ce samedi les Jeunes Socialistes des Pyrénées-Orientales étaient à la rencontre des Perpignanais, dans les rues de la vieille catalane, pour lancer la campagne « Priorité jeunesse : le choix de la gauche ». Campagne d’ailleurs bien accueillie tant par les jeunes, concernés directement, que par les plus âgés.

Cette campagne a pour objet de mettre en avant le travail du gouvernement POUR la jeunesse. Emplois d’avenir, encadrement des loyers, revalorisation des bourses, garantie jeune, contraception et IVG 100% remboursées, taxation des contrats précaires… Les avancées sont là, elles sont à saluer.

Cependant nous, Jeunes Socialistes, demandons à aller plus loin et mettons sur la table différentes propositions telles qu’ouvrir le RSA aux moins de 25 ans, doubler les emplois d’avenir pour atteindre les 300 000, créer un chèque jeune santé, poser le SMIC à 1500 €uros brut, sans oublier une garantie logement universelle et la mise en place d’une allocation d’autonomie.

Autant de propositions incontournables pour faire que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012.

La gauche agit, la jeunesse exige. C’est ainsi que nous arriverons à une véritable autonomie des jeunes, loin des inégalités et des reproductions sociales.

Le Pen : « Perpignan est prenable ! » – La réaction des Jeunes Socialistes des P.O.

Les Jeunes Socialistes des Pyrénées-Orientales réagissent suite aux déclarations de Marine Le Pen dans l’édition du 25 août du quotidien local « L’indépendant » :

Dans l’édition de ce dimanche 25 août 2013, « L’indépendant » titrait une interview de la Présidente du Front National en la citant : « Perpignan est prenable !».

Se décrivant comme mère de famille attentionnée, nous serions presque attendris. Sans parler du parcours de ses vacances en terres catalanes. De quoi masquer son véritable visage.

Les Jeunes Socialistes des Pyrénées-Orientales ne sont pas dupes et réagissent vigoureusement.

Mobilisés nous serons pour contrer et démasquer le parti de la haine, de l’exclusion et de la stigmatisation. Sous ses faux-semblants de parti rénové, loin de son ex-président, le Front National est toujours le même et n’a en rien perdu son visage haineux et rétrograde.

Il se dit le parti le parti de la laïcité, il défend pourtant les intégristes catholiques. Il se dit le parti du redressement économique, il serait pourtant celui de la faillite par la sortie de l’euro et l’immigration zéro. Il se dit le parti des français, mais les français veulent-ils vraiment de la suppression de la déclaration des droit de l’homme et du citoyen pour instaurer la « préférence nationale » ? Mais surtout il se veut le parti des dites « réalités » mais que fait-il de l’insertion des jeunes par l’emploi ou par la culture?

Le vernis du Front National doit craquer pour montrer son vrai visage. Perpignan n’a rien à faire dans les méandres de l’extrême droite.